Lire & RéCréer - la sorcière Sansel - histoire d'Halloween d'Amande Vieu et Delphine Teychon Halloween Lire & RéCréer - la Sorcière Sansel - histoire courte dans le coin des petits Amande Vieu & Delphine Teychon © 2003
           
 

  Il était une fois, une sombre forêt pleine de dangers, où
les arbres marchaient et ricanaient, où les animaux pous-
saient des cris terrifiants dès que la nuit tombait.

Au fond de cette forêt, il y avait une vieille maison au toit de
chaume pourri, aux murs tapissés de mousse malsaine et
de bidules visqueux.
Dans cette maison, vivait une affreuse sorcière au nez
crochu recouverte de pustules rouges, vertes, jaunes. Elle
s'appelait Sansel.
Son nom venait de son allergie au sel. Si elle en mangeait,
elle perdrait toutes ses pustules auxquelles elle tenait plus
que tout au monde. Elle était convaincue que ses verrues
la rendaient exceptionnellement belle.
 
         
    Lorsqu'elle s'ennuyait, la sorcière Sansel aimait par-dessus tout se promener
dans la forêt et transformer tout ce qui lui passait sous le nez en quelque chose
de puant et de laid. Par exemple un lapin en bouse de vache, une coccinelle en
crotte de nez, une jolie marguerite en champignon vénéneux.

Non loin de cette lugubre forêt il y avait un petit village. Tous ses habitants
connaissaient bien l'existence de Sansel. Les parents interdisaient à leurs
enfants de s'approcher de la forêt où la sorcière pourrait les transformer
ou pire : les manger.
Un jour, pour échapper à la punition qu'ils méritaient, un frère et une sœur qui
avaient fait une grosse bêtise, s'enfuirent dans la forêt.
Au fur et à mesure qu'ils avançaient, le bois devenait de plus en plus sombre
puis la nuit commença à tomber. Les animaux se mirent à pousser des cris
terrifiants et déjà les arbres se déplaçaient, si bien que les deux enfants, transis
de peur, ne retrouvèrent plus le chemin du retour.
Ils continuèrent à marcher, perdus dans la forêt.
 

           
 

  Au même moment, la sorcière Sansel se promenait dans
cette forêt. Elle transformait à tout va lorsqu'elle entendit
les sanglots des pauvres enfants apeurés. Elle se dit :
- Chouette voilà mon dîner !et alla à leur rencontre en
ricanant.
- Bonjour mes enfants. Vous êtes perdus ? Niark, niark !
Suivez cette vieille femme que je suis (elle aimait les jeux
de mots vaseux). Venez, n'ayez pas peur, je ne vous ferai
point de mal. Vous serez au chaud chez moi.
Alors les enfants la suivirent, heureux d'avoir trouvé une
grande personne pour les aider. Ils ne se doutaient pas
que cette vieille femme n'était rien d'autre que la cruelle
sorcière Sansel. Lorsqu'ils arrivèrent dans sa maison à
l'aspect si peu rassurant ils virent qu'une marmite bouil-
lonnait dans la cheminée et que la table était déjà mise.
 
         
    Seulement ils s'aperçurent très vite qu'il n'y avait qu'une seule assiette.
Les enfants comprirent enfin qu'ils étaient chez la sorcière Sansel, mais il était
trop tard. Elle avait fermé la porte à clef. Ils étaient pris au piège.
La petite fille se remit à pleurer et à crier qu'elle avait si peur, si peur !
La sorcière ne supportait pas les cris des enfants. Ne pouvant entendre ces cris
une minute de plus, elle s'en alla chercher un peu de calme dans la pièce à côté.

Le grand frère réconforta aussitôt sa sœur en lui disant qu'il savait comment les
délivrer. Il s'était souvenu que la sorcière était allergique au sel, aussi il en versa
un pot tout entier dans le bouillon qui leur était destiné, où ils devaient cuire sa
sœur et lui. Il eut à peine le temps de le faire que la sorcière revenait.
Le bouillon lui sembla prêt, elle le goûta. Mais sitôt la première gorgée avalée,
elle se mit à hurler, des bulles sortaient de ses narines. Ses chères pustules
commençaient à disparaître !
Elle se regarda dans un miroir et vit avec horreur que sa peau devenait lisse et
lumineuse. Elle ressemblait à une radieuse princesse.
 

           
 

  Prise de panique, elle se mit à courir dans tous les sens
en hurlant : Je suis moche !! et sortit comme une folle de
la maison en laissant la porte ouverte. Elle avait complète-
ment oublié les enfants qui s'enfuirent sans plus attendre.
Le jour s'était levé, ils retrouvèrent facilement leur chemin
et rentrèrent chez eux. Ils racontèrent à tout le monde leur
mésaventure. Ils devinrent les héros du village.

La sorcière ne ferait plus de mal à personne, elle était si
honteuse d'être devenue belle qu'elle s'était cachée très
loin et plus personne de la revit.
Les parents des deux enfants étaient si heureux et si
fiers d'eux qu'ils ne pensèrent plus à les punir pour leur
grosse bêtise.
Et tout est bien qui finit bien !
 
  musique : © Internet Renaissance Band
Mise en page & illustrations originales :
Catherine Bastère-Rainotti © 2003
retour haut C'EST FINI !