ACCUEIL du site Bibliothèque des Parents Chronique de la Vie Ordinaire
   

CHRONIQUE DE LA VIE ORDINAIRE

C
H
R
O
N
I
Q
U
E

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E

CHRONIQUE DE LA VIE ORDINAIRE

        Becquetages, chronique de la vie ordinaire

Etant atteint d'une scrupulite à nulle autre pareille, je tiens à dire tout de go à
mes quelques lecteurs éventuels qu'il ne faut surtout pas prendre à la lettre
ce que je vais conter ici.

En effet, je tiens l'histoire d'un coq anglais qui la tenait lui-même d'une dinde
galloise, et leur manière de claquer du bec étant sensiblement différente, les
glissements de sens pourraient égarer les plus savants gallinacéistes.

Et si je dis qu'il était une fois un vieux coq à moitié déplumé qui finissait ses
jours dans un poulailler du Sussex, gardez-vous bien de le croire mais, soyez
gentils, faites comme si...

Si j'ai bien compris, le petit coq anglais m'a laissé entendre que son vieux
congénère avait eu, selon les dires de la dinde, la
curieuse manie * d'im-
portuner les poules en jouant avec elles à saute-mouton. Bressanes,
Leghorns, Cassades, toutes avaient frémi sous son poids.

Il devait d'être encore en vie au fait d'avoir alerté le fermier par des cocoricos
retentissants, la nuit où des malandrins s'étaient introduits dans la propriété.
L'homme, reconnaissant, lui avait évité la casserole. Mais notre Chante Clair
s'était à ce point égosillé qu'il demeura tout enroué. Il ne pouvait plus émettre
que des modestes " cocos " qui, sans les " ricos ", ne voulaient plus dire
grand-chose.

Il ne s'intéressait plus beaucoup aux poules, mais il y avait les poulettes.
Ah ! Les poulettes ! Vous connaissez les poulettes : pas méchantes, mais
toujours prêtes à se moquer. Et les " cocos " de l'ancêtre les faisaient bien
rire. " Coco-vin, coco-vin ", caquetaient-elles à son endroit.

Le vieux coq en souffrait d'autant plus que ses fils, il le savait, avaient été
accommodés, en bon nombre, à la sauce pinardière.
Il eût aimé rétorquer " poule au riz ", mais il ne pouvait becquetoyer d'aussi
ardus vocables.
Toutefois, un jour où elles le narguaient à grand renfort de " cot' cot' cot' ",
il leur tourna le dos, dressa les trois plumes qui lui ornaient encore le crou-
pion et les photographia avec son derrière en lançant un sonore " Kodak "
qui les laissa pantoises.
Ah ! Leurs têtes, sur la photo ! Bouche bée, elles étaient !
Le vieux coq tenait sa vengeance : il les avait immortalisées dans une posture
ridicule.

*
Note du traducteur : Le jeu du saute-mouton, une " curieuse manie " !?
Il n'y avait vraiment qu'une dinde pour inculquer à un innocent coquelet une
notion aussi stupide. Le plus obtus des étourneaux n'aurait pas proféré pa-
reille sottise. La dinde elle-même, en tant que dinde, avait sans doute par-
ticipé, fût-ce à son corps défendant, à des exercices pratiqués à l'initiative
d'un dindon normalement constitué. Mais peut-être n'avait-elle rien ressenti,
n'ayant en tête que bavardages et commérages.

© Léon Dupilet - tous droits réservés, reproduction interdite.
Chronique de la Vie Ordinaire - première publication mercredi 13.09.2006
   
ACCUEIL du site Bibliothèque des Parents Retour aux Chroniques