Lire & RéCréer Bibliothèque des Parents Chronique de la Vie Ordinaire
   

Chronique de la vie ordinaire

C
H
R
O
N
I
Q
U
E

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E

Chronique de la vie ordinaire

      A ton âge !

Ou quelques réflexions intéressantes sur le site Lire et RéCréer que j'ai pu glaner
auprès de la majorité de mes proches :
- Se demandent ce qui me prend "à ton âge !"
- Evitent soigneusement d'en parler.
- N'ont pas le temps d'aller le visiter, ne l'auront jamais.
- Sont discrètement dubitatifs mais restent à l'affût soit de l'échec, soit du succès.
- Se demandent combien je gagne de sous avec.
- M'inondent d'idées géniales pour que je gagne des sous avec.
- Espèrent que ça ne nuit pas à mon gagne-pain quotidien.

A mon âge...

Ou quelques réflexions intéressantes sur le site Lire et RéCréer que j'ai pu glaner
auprès de personnes que je n'ai jamais rencontrées mais qui se donnent la peine
de m'écrire :
- Aidez-moi à trouver tel conte
- Quelles sont les références de… ?
- Pouvez-vous lire ce manuscrit ?
- J'aime bien.
- Longue vie !
- Merci.

A tous les âges

Ecrire, publier numériquement et gratuitement des âneries pour enfants, ce n'est
pas sérieux, évidemment. Contrairement aux âneries emmerdatoires pour adultes
sur papier, donc doublement sérieuses, et peut-être prix-littérables avec, à la clé,
la notoriété et la fortune.

Je reconnais qu'avoir la passion d'écrire, peindre, danser, sculpter, dessiner,
chanter, faire de la musique, jouer la comédie, jouer au golf (j'en connais !), de
prendre du temps pour sacrifier à cette passion, quand on n'est pas payé pour le
faire, pas célèbre ou pas encore à la retraite, c'est nul.

C'est nul et pernicieux. Cela vous entraîne fatalement sur une pente savonneuse
au bas de laquelle vous vous retrouvez à sourire à un inconnu comme ça, pour
rien, à faire confiance, à donner des trucs que vous auriez pu VENDRE !

Naturellement, tous les gens bien, forts de leur compte-épargne, de leur pavillon,
de leur convention-obsèques, vous interrogeront, à juste titre :
" D'accord, mais à part ça, vous avez quand même un vrai métier ? "
Bien sûr, eux ne vous donneront pas votre pain quotidien, parce qu'ils sont sérieux
et ne vivent qu'avec des gens sérieux. Cependant, une pointe de folie ne leur dé-
plait pas : chez les autres ils tolèrent une chaise posée en biais, un tiroir mal
fermé, une porte qui grince. Ils comprennent même l'expression " passe-temps ". Mais pour eux, la passion, c'est un peu comme une maladie honteuse.

Puisqu'il faut parler de l'étiquette que nous trimbalons tous, attachée fortement à
nos activités publiques et lucratives, qui laisse si peu de place à un autre éclaira-
ge de notre personnalité, de toute évidence le maçon ne pourra pas être saxo-
phoniste, la mercière : dramaturge, le pharmacien : peintre sans perdre une
bonne partie de leur crédibilité.

Je me demande à partir de combien d'heures par jour passées à satisfaire notre
passion devenons-nous ridicules aux yeux des légions qui ont besoin d'être sans
arrêt rassurées par un immuable pragmatisme à la grisaille passe partout… ?

Que changent-ils au monde, ceux-là qui sont tombés dans la bassine à superflu
quand ils étaient petits ? A quoi servent-ils ? Peut-être simplement à rendre la vie
ordinaire supportable.

Catherine Bastère-Rainotti - Juillet 2002 - Tous droits réservés
1er anniversaire de lirecreer.org
   
Lire & RéCréer Bibliothèque des Parents Retour aux Chroniques