accueil du site lirecreer.org

Bibliothèque des Parents

Chroniques de la Vie Ordinaire

 

lirecreer.org - les Chroniques de la vie ordinaire


C
H
R
O
N
I
Q
U
E
S

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E



lirecreer.org - les Chroniques de la vie ordinaire

        Lire et RéCréer : le Monde est petit - Chronique de la vie Ordinaire mars 2003

-" Bonjour Roro ! "
-" Bonjour Dédé ! "

Dirent Rosette et Amédée pour se saluer un matin qu'ils se croisaient par hasard sur le trottoir
d'une rue de la ville du pays du monde qu'ils habitaient.

Notez à quel point leurs diminutifs sont judicieux. Pour Rosette il suffit de répéter deux fois la
première syllabe de son prénom et pour Amédée de doubler la dernière syllabe du sien.
Impossible de se tromper.

Il eût été complètement farfelu de faire l'inverse. Je vous le prouve :

-" Bonjour Te-Te ! "
-" Bonjour A-A ! "

Ridicule, n'est-ce pas ?

Maintenant que nous avons définitivement réglé ce point de détail qui n'a aucune importance
pour le reste du récit, reprenons donc le dialogue de Rosette et Amédée, un matin qu'ils se
croisaient par hasard sur le trottoir d'une rue de la ville du pays du monde qu'ils habitaient.

-" Bonjour Roro ! "
-" Bonjour Dédé ! "

-" Qu'est-ce que tu fais ici, Roro ? "
-" Je marche pour aller au travail. Et toi ? " répondit Roro.
-" Pareil de même. " lui assura Dédé.
-" Comment ? Tu marches ici, maintenant, toi aussi ! s'extasia Roro. Tu sais, ajouta-t-elle,
d'habitude pour aller au travail, je prends tous les jours à la même heure, la rue Ducoin à l'angle
de la pharmacie Lavedu. Seulement, aujourd'hui, elle est barrée parce que le roi de Patagonie
doit passer par-là pour se rendre chez notre roi à nous. Alors j'ai changé d'itinéraire. "

-" Incroyable ! Moi aussi, pour aller au travail, je passe tous les jours à la même heure, par la
rue Ducoin, mais à l'angle de la mercerie Laguipure. Elle est barrée également de ce côté
parce que le roi de Patagonie doit revenir par-là après qu'il ait fait une visite à notre roi à nous.
Alors j'ai changé d'itinéraire. " lui résuma Dédé.
-" Nous avons eu la même idée ! " évidença Roro.
-" Mais oui, c'est comme tu le dis… " confirma Dédé.
-" Alors ça… ! Alors ça… ! dit Roro. C'est fou, non ? "
-" Sidérant. " ponctua Dédé.
-" N'est-ce pas ? "
-" Absolument. "
-" Oui... "

-" On se rencontre par hasard, pour ainsi dire fortuitement, sur le trottoir d'une rue qu'on n'a
pas l'habitude de fréquenter dans la ville du pays du monde qu'on habite pour se rendre compte
qu'on fait exactement la même chose au même endroit, au même moment : que tu marches,
que je marche sur le même trottoir de la même rue de la même ville du même pays du monde
qu'on habite ! " démontra clairement Dédé.
-" Voilà, c'est exactement cela. Comme tu expliques bien Dédé ! " roucoula Roro.
-" Merci Roro. Je fais de mon mieux. " fit Dédé, garçon modeste.
-" Remarque bien que nous aurions pu choisir de passer par une autre rue." souligna Dédé.
-" Mais nous ne l'avons pas fait. C'est là que ça devient passionnant." s'enthousiasma Roro.
-" Quand les grands esprits se rencontrent… " dit pensivement Dédé.

-" Comme le monde est petit ! " constata Roro.
-" Riquiqui. " confirma Dédé.
-" Comme le hasard est grand ! " s'éblouit Roro.
-" Immense. " s'émerveilla Dédé.

-" Bon, eh bien ! Au revoir Dédé ! " dit Roro.
-" Au revoir Roro ! " répondit Dédé.

Rosette et Amédée se quittèrent pour continuer à marcher, chacun de leur côté, sur le trottoir
d'une rue de la ville du pays du monde qu'ils habitaient. Ils étaient très contents de s'être
croisés ce matin-là. Encore plus contents de leur passionnante conversation.

Leur journée en fut toute changée. Ils ne firent rien d'autre que de raconter à leurs collègues
de bureau cette extraordinaire rencontre.
Et tous leurs collègues de bureau, le soir venu, répétèrent à leur famille à quel point le monde
est petit et le hasard très grand.

Encore fallait-il le savoir. C.Q.F.D.

Catherine Bastère-Rainotti - 3 mars 2003
 

accueil du site lirecreer.org

Bibliothèque des Parents

 

Retour aux chroniques