Accueil de Lire & RéCréer An 451- l'Histoire pour rire

Sainte Geneviève dite Gégé aux prises avec Attila

Sainte Geneviève dite Gégé aux prises avec Attila

© Catherine Bastère-Rainotti

 

      Nous sommes en Gaule en avril 451.
C'est le train-train habituel de la saison
et de l'époque.

Au printemps, les oiseaux chantent,
les arbres sont en fleurs, les papillons
butinent, les poissons nagent plus vite.

Mérovée à la tête de ses Francs redou-
tables a déboulé du Rhin avec la ferme
intention de s'installer dans le coin. Il ne
voit pas pourquoi la Gaule ne s'appel-
lerait pas un jour la France.


Théodoric et ses Wisigoths squattaient
déjà en Espagne et dans le sud-ouest
de la Gaule, vers Bordeaux, Agen, Tou-
louse, mais ils avaient la nostalgie des
brumes du Danube d'où les Huns les
avaient chassés cent ans plus tôt. Une
partie d'entre eux est remontée vers
le nord de la Gaule pour prendre le frais
  et faire le coup de poing avec les co-
pains.

Les Romains dont l'empire s'effondre
tout doucement se raccrochent à ce
qu'ils peuvent. Leur général Aétius,
se bat pour essayer de conserver
des petits bouts de Gaule à Rome
et ce qu'on appelle la pax romana.
Franchement, à part les Romains qui
ont de la culture et un maintien certain
en société il faut bien avouer que les
autres barbares ne savent pas se te-
nir quand il y a du monde.


Résultat, depuis la Somme jusqu'à la
Loire ça se bagarre ferme. On entend
les cling ! et les clang ! des armes et
les franches rigolades des vainqueurs.
Notez bien que ce ne sont pas tou-
jours les mêmes qui rigolent, ça dé-
pend de ceux qui gagnent.
Texte & illustrations © Catherine Bastère-Rainotti - Tous droits réservés       APRES